TikTok, au Royaume-Uni des pertes synonymes de croissance


La branche britannique de TikTok enregistre une perte de 119,5 millions de dollars, mais cela est loin d’être synonyme de faillite. Le porte-parole du réseau social chinois explique que « ces résultats reflètent une phase précoce de développement et d’investissement pour TikTok au Royaume-Uni, et doivent donc être analysés dans ce contexte ».

Le réseau social a réalisé d’importants investissements marketing, et cette perte témoigne donc de sa vitalité, mais aussi de son ambition de conquérir les marchés européens. « À ce jour, la communauté TikTok compte plus de 100 millions de personnes à travers le Royaume-Uni et l’Europe, et nous sommes enthousiastes quant à notre potentiel de croissance future », félicite un porte-parole de TikTok. Fin 2018, le réseau social s’appuyait sur une poignée d’employés au Royaume-Uni. Aujourd’hui, elle en compte des centaines, dont beaucoup ont été débauchés chez ses concurrents. D’après Bloomberg, TikTok envisage de choisir nos voisins outre-manche pour installer son siège social.

Le dynamisme du réseau social chinois et sa capacité d’investissement sont en partie dues à sa maison mère, ByteDance. En 2019, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 17 milliards de dollars, pour un bénéfice de 3 milliards de dollars. D’après Reuters, le groupe chinois est valorisé à 180 milliards de dollars. Sur cette même année, les revenus britannique de l’entreprise chinoise se sont élevés à 20 millions de dollars, ce qui est peu face à la perte de 119,5 millions de dollars. Si le réseau social cartonne, l’heure doit être à la maturité publicitaire.

En quelques années, l’application chinoise a conquis les marchés internationaux, ce qui n’a pas été sans attirer l’attention et les foudre des États-Unis. Malgré le bannissement de TikTok en Inde, et les difficultés rencontrées outre-atlantique, le groupe chinois est en croissance. Pour 2020, les prévisions de revenus publicitaires de ByteDance s’élèvent à 27 milliards de dollars.



Source link